Louvain-la-Neuve

Humans of LLN #2 : le Truc-à-troc ou l'alternative locale

Perdu au fond des bruyères, le Truc-à-troc, petite boutique de seconde main et ASBL tenue uniquement par des bénévoles, fait son petit bonhomme de chemin depuis maintenant près de quarante ans. Ordonné malgré le surplus de vêtements déposés, le Truc-à-troc est l’endroit parfait pour faire des bonnes affaires lorsqu’on a un petit budget. Une véritable caverne d’Ali baba. C'est un lieu de rencontre, de convivialité où vous êtes reçus par une équipe dynamique et motivée. Petite carte d’identité de cette initiative sociale et locale. 

    L’histoire commence avant même la création de Louvain-la-Neuve. Alors que l’université est encore implantée à Leuven, l’initiative est lancée par des femmes de professeurs de l’université, afin de récupérer les vêtements délaissés et de leur donner une seconde chance. Le système est alors très simple : des gens déposent les vêtements qu’ils n’utilisent plus et d’autres les prennent. Il n’y a alors pas d’argent en jeu et c’est véritablement du troc. Lorsque les wallons doivent déménager à Louvain-la-Neuve, le concept de Truc-à-troc s’exporte aussi. D’abord situé dans un appartement à l’Hocaille, le magasin, composé de deux parties (Maxi pour les adultes et Mini pour les enfants), s’installe définitivement aux Bruyères, au 1 place du Puddleur. Il y est désormais bien en place depuis quarante ans au moins. Avec le déménagement, le concept change un peu : il ne s’agit plus de troc simple mais bel et bien de vente de vêtements et d’objets de seconde main. En effet, les clients se disaient gênés du fait de ne rien payer. Fut alors instauré un système de déposants-acheteurs, toujours en vigueur aujourd’hui. Le déposant ouvre un compte pour la modique somme de 5 euros et peut déposer au maximum 3 articles à la fois au magasin. Il récupère 75% des bénéfices de la vente, une fois le vêtement ou l’objet vendu. Les 25% restants vont directement à l’ASBL, pour le loyer et les frais divers du magasin. Ces bénéfices profitent aussi à des œuvres. Toutefois attention, il n’est actuellement plus possible d’ouvrir un compte en tant que déposant, le magasin étant saturé et ses bénévoles littéralement « assis sur les sacs de vêtements ». Mais il recherche sans cesse des acheteurs, n’hésitez donc pas à vous y rendre si vous êtes à la recherche d’une bonne affaire ! 
    Mais si l’affaire tourne bien et qu’il peut offrir davantage au client, pourquoi ne grandit-il pas ? A cette question, les responsables nous répondent que ce n’est pas possible, ni même vraiment nécessaire : le Truc-à-troc fonctionne bien tel qu’il est maintenant, avec sa trentaine de bénévoles, ses déposants et ses clients habitués. Le magasin a aussi ses habitudes, de par ses contacts avec l’UCL (le magasin étant dans un local de l’université). Par ailleurs, la boutique fournit également des Erasmus ayant des moyens plus restreints avec l’aide du Service d’aide sociale de l’UCL. Après trois mois, les invendus sont donnés à des œuvres de charité ou autres associations sociales telles que les Petits Riens ou encore la Croix-Rouge.
    Tout le monde peut trouver son bonheur au Truc-à-troc : vêtements, sacs, chaussures, vaisselle, décoration, … Le président nous confie que ce qu’il apprécie dans cette initiative, c’est sa dimension sociale et locale : on récupère des objets, on les revend ou, encore après, on les recycle. Ici, on ne gaspille rien. Un mouvement qui revient au goût du jour avec toutes les initiatives locales et écologiques actuelles. De plus en plus d’étudiants viennent au Truc-à-troc grâce aux nouveaux kots qui s’installent dans les Bruyères et à l’Aldi un peu plus loin, ce qui tombe bien car le Truc-à-troc aime renouveler sa clientèle. Alors, en allant faire tes courses à l’Aldi un lundi ou un jeudi, n’hésite pas à faire une escale au numéro 1 de la Place du Puddleur, les bénévoles du Truc-à-troc t’accueilleront avec plaisir ! 

 

Pour les infos pratiques (horaires notamment) : http://map.olln.be/shopping-services/seconde-main--depots-vente/truc-a-troc_3283.html

 

Sur la photo, le président de l'ASBL Truc-à-troc et une bénévole associée au magasin, des gens dévoués au projet depuis des années. 

Commentaires