Événements

Humans of LLN #4 : Donne ton sang pour la Croix-Rouge

Vous avez certainement déjà reçu des mails de la Croix-Rouge vous annonçant une nouvelle Grande Collecte de sang, vous avez certainement déjà vu le centre sur la place de l’Université. Y êtes-vous par contre déjà allé ? Avez-vous déjà donné votre sang ? Pour vous, l’Etincelle s’est rendu sur place et a rencontré l’équipe de la Croix-Rouge. Nous avons posé quelques questions à Magali Stevenot, responsable du centre de Louvain-la-Neuve, pour vous présenter en détails ce qu’est le don de sang et qui sait, peut-être réussir à vous motiver pour aller donner votre sang prochainement ?

          Magali Stévenot est diplômée de médecine depuis 1999. Elle commence sa carrière en tant que généraliste et ouvre son propre cabinet. Mais cela ne suffit pas si elle veut gagner sa vie, puisqu’elle débute seulement et n’a dès lors pas encore beaucoup de clientèle. Elle complète alors son horaire en allant prester des heures à la Croix-Rouge de Woluwé en tant que médecin indépendant. Elle apprécie beaucoup son expérience là-bas : l’ambiance y est conviviale, l’équipe familiale. Elle aime aussi ses patient, des donneurs de sang, qui reviennent régulièrement, sont en bonne santé et viennent dans un esprit d’entraide. Après cette expérience, elle exerce aussi dans le cadre scolaire, ainsi qu’en médecine du travail. N’appréciant pas du tout cette dernière expérience, elle revient vers la Croix-Rouge et il s’avère qu’un poste de responsable au centre de Louvain-la-Neuve est vacant. Se souvenant de sa dernière expérience positive, elle saute sur l’occasion et effectue un master en transfusion pour pouvoir entrer en fonction. Elle devient donc responsable du centre de don de sang de Louvain-la-Neuve et dit y avoir trouvé sa place. Elle aime son métier, son équipe, la ville qui, selon elle, est très stimulante: “il y a beaucoup de jeunes, de nombreux étudiants viennent en groupe donner leur sang et toute cette jeunesse, ça donne du peps. Je reste jeune, je n’ai pas vraiment l’impression d’avoir vieilli”, nous confie-t-elle. L’esprit de Louvain-la-Neuve est tout à fait particulier à ses yeux de par sa jeunesse, si bien qu’elle ne sait plus qui elle doit vouvoyer ou tutoyer. Et puis surtout, elle adore piquer.

          Le public de Louvain-la-Neuve étant en grande partie étudiant, c’est un public qui se renouvelle sans cesse, donc les campagnes de recrutements de nouveaux donneurs ne s’arrêtent jamais. Si Ned Stark répète souvent son célèbre “Winter is coming”, il en va de même pour Magali Stévenot qui, comme lui,  redoute la période hivernale. En effet, c’est une grosse période creuse, autant au niveau des étudiants que des habitants : les étudiants sont en période de blocus/examen et les habitants font les fêtes ou partent en vacances. À cette période, les donneurs se font donc plus rares et les réserves de sang s’amenuisent alors aussi. Or, des maladies comme le cancer ne sont pas du style à prendre des vacances. C’est pourquoi le centre programme une grande collecte de sang ce mardi 29 novembre de 12h00 à 19h30 pour éviter la pénurie cet hiver. N’hésite donc pas à aller donner ton sang ce mardi !

          Une autre période creuse pour le centre de prélèvement de Louvain-la-Neuve : les grandes vacances, et tout particulièrement le mois de juillet. Le mois de juin rime avec examen et le public n’est déjà plus nombreux mais en juillet, c’est terrible parce qu’étudiants comme habitants sont en vacances. Or, les besoins de produits sanguins (globules rouges, plasma et plaquettes) sont toujours là ! Le cancer (et pas seulement le cancer du sang, tout type de cancer) demande 50% des dons. Le deuxième principal besoin sont les hémorragies (suite à un accident de voiture par exemple) et les maladies du sang. Ensuite, les chirurgies parfois sanglantes ou encore les accouchements difficiles et les nouveaux-nés nécessitent aussi des produits sanguins.

          Les besoins de sang sont donc constants et les dons sont quant à eux malheureusement instables et imprévisibles. Par rapport à l’an dernier, Magali Stévenot compte 5 à 10% de dons en moins. Et, alors que la période creuse n’a pas encore commencé, certains groupes sanguins sont déjà en déficit. Si la Wallonie venait à être en pénurie, ses voisins auraient du mal à lui venir en aide, le déplacement des produits sanguins étant compliqué. De même, on congèle rarement le sang, parce que c’est coûteux, lent et que ça diminue l'efficacité du sang. Nous disposons toutefois de moyens de conservation du sang assez efficaces, étant donné qu’une poche peut techniquement tenir 42 jours sans être congelée. Pour cela, lorsque la pochette est envoyée au laboratoire, chaque constituant sanguin est isolé (et oui, quand tu donnes ton sang, tu donnes plaquettes, plasma et globules rouges) et conservé à une température différente pour une conservation optimale de chaque ingrédient. Mais généralement, les besoins de sang sont tels qu’une poche de sang n’a jamais à attendre 42 jours pour être utilisée. On compte en moyenne dix jours pour qu’elle soit employée. Malgré un timing chronométré, le travail n’est pas fait à la va-vite car un contrôle se fait déjà la première fois qu’une personne vient donner, grâce à un questionnaire, ainsi qu’à un rendez-vous avec le médecin. Le sang est ensuite contrôlé à nouveau en laboratoire et s’il y a un quelconque problème avec le donneur, celui-ci en sera averti.

          Toutefois, pour que vous évitiez de vous rendre au don de sang pour rien, Magali Stévenot nous a dressé un top 5 des principales raisons pour lesquelles elle doit parfois refuser des donneurs. En pole position, les voyages dans les régions tropicales, qui sont de plus en plus à la mode (attendez six mois). Ensuite, le changement de partenaire empêche également de donner son sang (attendez quatre mois). Pour les piercings et les tatouages, même chez le meilleur tatoueur ou le meilleur bijoutier, patientez quatre mois. Pour les opérations du style coloscopie etc., il faut également attendre un certain délai. Et enfin, pour des choses plus communes comme la grippe, la fièvre ou un gros rhume, un temps d’attente est aussi requis. Vous retrouverez avec précision les critères pour le don de sang dans le lien suivant : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/6437-don-du-sang-conditions-pour-donner-son-sang#.

          Enfin, la responsable du centre de prélèvement de Louvain-la-Neuve nous a livré quelques anecdotes, notamment pour lutter contre quelques idées reçues. D’abord, elle tient à clarifier une chose : la première poche de sang d’un donneur n’est pas jetée si elle est conforme ! Le sang est trop précieux pour qu’on puisse se permettre, par luxe, de jeter systématiquement le premier don de chacun. Ensuite, si on vous spamme, ce n’est pas pour rien. Le besoin est permanent et réel, et les maladies, accidents, ou encore les accouchements, il y en a tout le temps. Une  transfusion peut nécessiter dix poches de sang ! Également, Magali Stévenot tient à lutter contre le stéréotype de “je risque d’attraper quelque chose en donnant mon sang”. C’est impossible. Tout le matériel est contrôlé, stérilisé et à usage unique. Elle finit par nous confier les différentes réactions des gens durant le don. Les réactions sont parfois extrêmes : certains fondent en larmes, d’autres éclatent de rire. Ce qu’elle retient de cela, c’est le courage de ces personnes qui affrontent leur peur de la piqûre ou du sang pour sauver des vies. C’est la générosité qui prend le pas sur la peur.

           Et  sur ces belles paroles, il ne me reste plus qu’à te dire à mardi pour la Grande Collecte ! Et si tu n’es pas là mardi ou que tu ne peux pas encore donner, n’hésite pas à passer à un autre moment, ça fera une petite pause étude ! ;-) Pour les horaires, regarde ici : http://www.donneurdesang.be/fileadmin/php/searchcollecte.php?lg=FR&act=byplace&fromprovince=8&idlocation=2043.

 

Commentaires