Sensibilisation

Humans of LLN #6 : Färm.LLN

Färm.LLN : Tu as sûrement déjà dû entendre parler de cette sympathique initiative qui verra le jour au Printemps 2017 dans notre chère et tendre cité néolouvaniste, mais rien que pour toi l’Étincelle a dépêché ses meilleurs reporters sur le terrain pour t’en apprendre un peu plus ! Suis-moi au travers de cette présentation, pour ce qui s’annonce être une grande aventure bio et locale !

Il est mercredi, 20h, Louvain-la-Neuve s’éveille aux joies de ses activités nocturnes, mais c’est bien à autre chose que nous allons nous atteler durant la petite heure qui suivra. En effet, nous nous éloignons du centre et de ses réjouissances pour rejoindre le quartier du Blocry et aller à la rencontre d’Olivier Van Cauwelaert, un des initiateurs du projet Färm.LLN. Nous sonnons, attendons quelques instants et finissons par rentrer. L’ambiance est décontractée, chaleureuse, l’odeur du repas qui se prépare embaume le salon et on nous propose même un petit rafraîchissement (bio bien sûr). Une fois installés, notre entretien peut véritablement commencer.

Färm.LLN, c’est quoi au juste ? Tout d’abord c’est une coopérative (je reviendrai sur son fonctionnement par la suite) bio et locale qui entend s’émanciper des grandes chaînes de distribution afin de proposer une alimentation saine et de qualité. Elle sera constituée comme un marché couvert de 550 m² et se verra divisé en plusieurs espaces : dans un premier, tu pourras y retrouver trois artisans (un boulanger, un boucher ainsi qu’un traiteur) auxquels seront alloués de 30 à 35 m² ; dans un second, une dizaine de producteurs viendront te proposer les fruits et légumes issus de leurs petites entreprises ; et dans un troisième, tu retrouveras un service de produits en vrac classique.

Bien que nous n’en ayons entendu parler que durant le premier quadrimestre, Färm.LLN est un projet qui se développe depuis trois ans déjà. Il est le résultat de diverses expérimentations qui ont vu le jour à Bruxelles. En effet, au bout du tunnel, notre hôte considère les coopératives bruxelloises comme des « tests » pour celle de Louvain-la-Neuve qui représente le modèle coopératif le plus abouti, notamment au travers de cette collaboration quotidienne avec les artisans. Tout savoir-faire est susceptible d’être accepté en son sein. En effet, une herboristerie a vu le jour dans une des coopératives de Färm, il y a peu.

Mais au fait, une coopérative c’est quoi ? Le mode de fonctionnement de Färm.LLN fonctionne sur un principe de « parts » . Pour obtenir des parts et devenir coopérateur, tu auras à verser un montant de 100 €  pour les résidents, 25 pour les étudiants. Les montants investis peuvent aller jusqu’à 1000 €. Par la suite, tu obtiendras alors le statut de coopérateur avec tous les avantages que cela comporte (réductions, participation à la prise de décision...). S’il a déjà beaucoup investi avec les autres fondateurs du projet, notre allocutaire veut qu’elle fonctionne de manière autonome grâce aux coopérateurs.

À l’heure actuelle, la coopérative compte environ 200 participants: 175 coopérateurs-résidents, 25 coopérateurs-étudiants, 5 fondateurs, 3 artisans et 1 manager. L’objectif est, selon les dires des fondateurs, « d’atteindre les 500 coopérateurs, en espérant sensibiliser un maximum d’étudiants à devenir coopérateurs en son sein » (ndlr: à l’Étincelle, nous sommes déjà trois surmotivés à nous engager dans le projet). L’objectif est encore lointain, mais le jeu en vaut clairement la chandelle.

À la fin de notre entretien, nous nous sommes demandé quelle était la raison qui l’avait amené à s’investir dans ce type de projet. La réponse fut toute simple, mais pleine d’honnêteté et se résumerait en cette simple phrase : « pour les jeunes ». En effet, après avoir travaillé durant un certain nombre d’années dans le monde de la publicité, notre hôte s’est rendu compte que ce mode de vie (voiture de fonction, incitation à faire vendre des produits de piètre qualité/néfastes pour la planète...) ne coïncidait en aucun cas avec ses valeurs et celles ses enfants. Une fois son entreprise quittée, le revirement de situation ne s’est pas fait attendre et il a commencé à investir dans des « entreprises/projets à impact social positif » (société immobilière tendant vers le « zéro énergie » et promouvant les habitats groupés, AgriBio…). Il entend aussi aider les jeunes artisans à se lancer dans le monde du travail et à les aider à obtenir le temps nécessaire pour qu’ils obtiennent un label bio (c’est le cas pour la Ferme des Noyers de Corroy-le-Grand qui fournit la viande, ou des petits maraîchers).

Fort du succès de Färm et de ses expériences bruxelloises, Olivier Van Cauwelaert a de grandes ambitions pour Färm.LLN et entend bien réaliser ses objectifs (avérés ou rêvés). Petit détour sur ce qu’il considère comme indispensable pour la cité néolouvaniste :

Dans un premier temps, il entend redynamiser l’artisanat de Louvain-la-Neuve. En effet, il a pu remarquer qu’il n’y avait plus de boulangerie artisanale : les pains sont largement industriels et ne sont plus pétris sur place. Dans son cas, il entend promouvoir un circuit court où « la farine sera directement acheminée des moulins d’AgriBio jusqu’à la coopérative ».

Dans un second temps, il souhaite nous sensibiliser aux problématiques sociétales de la nourriture (comme il le fait lors des Ciné-Cocktail qu’il organise), faire prendre conscience aux gens qu’une nourriture de meilleure qualité n’est pas pour autant hors de prix, mais aussi que le changement d’habitude ne peut être que bénéfique pour tout un chacun (tant pour le producteur que pour le client). Si le projet a mis du temps à se lancer, c’est bien car les fondateurs du projet ont passé énormément de temps à la recherche de producteurs qui entraient dans ce changement de paradigme et adhéraient à leur vision.

Dans un dernier temps, il entend rapprocher les étudiants des habitants, au travers de services de livraison à domicile (pour les seniors ou personnes à mobilité réduite). Pour ce qui est du service de livraison, son rêve est qu’un réel lien social se crée entre les jobistes et les « clients » et qu’un jour un résident ne fasse plus appel au simple service, mais bien à un étudiant en particulier. Il proposera par ailleurs des jobs d’étudiants, ou encore des paniers/menus-étudiants à des prix abordables pour les divers soupers commu chers à nos cœurs. Le projet n’en est encore qu’à la phase d’élaboration, mais ce sont les volontés/rêve d’un des 5 fondateurs que nous te livrons ici. Un beau programme, n’est-ce pas ?

Färm.LLN apparaît dès lors comme une véritable histoire humaine qui, inscrite dans les cadres sociaux écologiques, permettrait en tout cas de redynamiser l’artisanat alimentaire à Louvain-la-Neuve, tout ça dans un cadre où la qualité du produit prime. Le fait que Färm ait été nommée entreprise bruxelloise de l’année montre bien que ce projet a de grandes ambitions, l’entreprise ayant alors « été reconnue comme celle qui a été la plus innovante et la plus proche des gens ».

Alors, convaincu ? Si c’est le cas, n’hésite pas à devenir coopérateur en t’inscrivant sur farmlln.be, le jeu en vaut clairement la chandelle ! Et sinon, n’hésite pas à leur rendre visite le 11 mai, jour de l’ouverture officielle et à en parler autour de toi ! Nous nous y croiserons surement !

 

Commentaires