Actualité

Legalegalización ¡CANNABIS! Basta vraiment de prohibición ?

Le 10 décembre 2013, coup de tonnerre dans le monde du cannabis, l’Uruguay légalise la possession, la culture et la vente du cannabis pour tous les consommateurs de plus de 18 ans et ce, via des circuits contrôlés par l’Etat. A l’inverse, de l’autre côté du continent, la Malaisie applique une politique draconienne à ce sujet, allant même jusqu’à appliquer la peine de mort pour les cas les plus extrêmes ! Ces deux cas opposés mettent en exergue la diversité de points de vue à l’encontre du sujet du cannabis.

Mais, tout d’abord, le cannabis, késako? Le cannabis est un type de plante qui, dans les grandes lignes, se subdivise en deux grandes variétés selon le taux de tétrahydrocannabinol (THC) contenu : le chanvre industriel et indien. Tétrablablaquoi ? Le THC est la principale substance contenue dans le cannabis responsable d’effets bien connus à la fois psychiques et physiologiques sur l'organisme.

Le chanvre industriel possède une faible teneur en THC ( +/- < 0,3 %) , en d’autres mots, il ne produit pas d’effets psychotropes et est utilisé dans des secteurs très diverses : de la construction au secteur des cosmétiques. Le terme cannabis tel que nous l’utilisons dans le langage courant pour désigner la drogue est en réalité du chanvre indien/récréatif qui, par sa résine, contient plus de THC. Cette variété est sélectionnée et manipulée génétiquement pour obtenir des produits avec des taux élevés de substances psychotropes.

Compte tenu du nombre important d’utilisateurs réguliers, de nombreuses voix s’élèvent pour une légalisation contrôlée. Les partisants de la dépénalisation du cannabis mettent en avant les multiples avantages que ce retournement politique pourrait apporter. 

En premier lieu , les effets thérapeutiques du cannabis ne sont plus à démontrer. En effet, le cannabis est utilisé depuis des millénaires pour ses vertus médicales. Ensuite, la répression du cannabis est souvent très coûteuse ; la légalisation du cannabis pourrait permettre la création de nouveaux business models où l’état vendrait de manière contrôlée le cannabis. Cela permettrait l’imposition de ce dernier et donc la réalisation d’économies pouvant être réinvesties dans d’autres secteurs. En outre, uaucoup voient dans la dépénalisation du chanvre une alternative à la guerre contre la drogue qui permettrait de porter un coup au crime organisé (Allez bisous, El Chapo !). Le cas de l’Uruguay, dans ce contexte, est suivi de près en Amérique Latine, en proie à un commerce illégal de drogues massif et violent.

Enfin, beaucoup arguent que le risque de dépendance au cannabis est bien en deça de celui du tabac et presque similaire à celui de l’alcool, deux substances qui se vendent de manière légale dans nos magasins. Néanmoins, ce dernier argument est à prendre avec des pincettes : en effet, à l’instar de toutes les drogues, les études scientifiques démontrent que la consommation de cannabis est nocive pour la santé.

Ce dernier fait est utilisé comme justification principale pour l'interdiction totale du cannabis. Depuis quelques années, de plus en plus d’études scientifiques démontrent que la consommation de cannabis par les plus jeunes peut entraîner une diminution du QI sur plusieurs années. Le cannabis étant une drogue peu chère et très souvent utilisée dans un contexte festif, de nombreux opposants au chanvre voient la dépénalisation du cannabis comme une banalisation de cette drogue et pensent, au contraire, qu’il faudrait renforcer la prévention.

En conclusion, l’objectif de cette fiche pour les nuls était de vous donner un avant-goût de ce vaste sujet qu’est la légalisation du cannabis. Il existe, bien entendu, plusieurs manières de légaliser ou non le cannabis et nous vous invitons avec plaisir à en discuter lors de notre conférence du 28 février 2017 à l’Agora 11 de 19h à 21h. N’hésitez pas à élargir vos connaissances sur le sujet, à en débattre au kot, sur notre page Facebook, sur Twitter @KotCitoyen ou sur notre blog : kotcitoyen.be

Commentaires