Événements

Les couleurs d'un ciel de nuit

Il en est de ces expositions qui nous font paraître insignifiant. De ces expositions qui transcendent notre perception du temps et de l’espace. Les couleurs d’un ciel de nuit d’Yves Jongen en fait partie.

Pour pouvoir observer le ciel avec une précision sans pareil, Yves Jongen a dû investir dans un observatoire à Rasteau en Provence. Les raisons de ce choix sont que, premièrement, Rasteau est une commune avec le nombre de nuits claires le plus élevé par an. Deuxièmement, là-bas, la pollution lumineuse du ciel est très faible et permet donc une meilleure observation des étoiles. Les capteurs de son appareil photo sont capables de capter des couleurs invisibles à l’œil nu, et grâce à une longue vitesse d’obturation (allant parfois jusqu’à plusieurs jours) Yves Jongen peut prendre des photos de phénomènes se déplaçant dans l’espace.

Esthétiquement, vous allez en avoir pour votre pognon. Il est vrai cela peut sembler ambigu vu que l’exposition est gratuite, mais les photos sont éclatantes. Si comme moi, vous ne comprenez rien à l’astronomie (à ne pas confondre avec astrologie, sinon le Kot Astro vous tombera dessus), vous pouvez vous contentez de venir contempler les corps traînant dans notre ciel. Si, par contre, vous êtes un passionné d’étoiles en tout genre, alors n’hésitez plus. Les photographies sont agrémentées de petits faits historiques à propos de leur découverte ou de leurs premiers observateurs, ainsi que des quelques infos concernant la nébuleuse, galaxie, etc. en question.

Gardons tout de même quelques réserves, Les couleurs d’un ciel de nuit n’est pas l’exposition qui va changer votre vie, loin de là. Mais en regardant plus loin que ce que propose de facto l’exposition, on se retrouve face à des phénomènes spatiaux et temporels qui ont des proportions que l’on n’ose imaginer. A travers le télescope pimpé d’Yves Jongen, enfin, plutôt à travers des photographies faites par ce dernier, nous pouvons observer de fabuleuses nébuleuses, galaxies et autres fantasques merveilles de notre Cosmos. Certaines sont encore « jeunes », c’est-à-dire qu’elles n’ont que 3000 ans ou sont « proches », autrement dit à 1470 années-lumière ce qui correspond à 13 907 376 000 000 000 km. Je vous avais bien dit que notre perception du temps et de l’espace était altérée.

 

En ce moment et jusqu'au vendredi 27/04 dans la galerie des Halles (pas les Halles universitaires mais à côté de la gare). 

Prix : Accès libre

 

Commentaires