Louvain-la-Neuve

Humans of LLN #10 : Communauté et culture chinoise à LLN

Mercredi dernier, 21 février, le kot-é-chine, kot-à-projet promulguant la culture chinoise à Louvain-la-Neuve, organisait son Nouvel An chinois à l’Aula Magna. Une occasion royale pour nous de rencontrer la communauté chinoise de Louvain-la-Neuve et sa culture.

 

Le Nouvel An chinois, c’est l'événement incontournable de la culture chinoise : plein de couleurs, costumes traditionnels, musiques typiques etc. Si le kot-é-chine l’a fêté le 21 février, il avait lieu officiellement le 16 février cette année. La date varie chaque année, en fonction du calendrier luni-solaire chinois. Toutefois, la fête aura toujours lieu entre le 21 janvier et le 19 février. Selon la tradition, elle est également suivie d’une semaine de congé et festivités, durant laquelle les chinois vont généralement visiter leurs familles. Comme vous le savez sans doute déjà, chaque nouvelle année est placée sous le patronage d’un animal symbolique dans la culture chinoise, selon un cycle de 12 ans. Ainsi, si vous voulez savoir quel est l’animal associé à votre année, j’en fais pour vous la liste : 89 serpent, 90 cheval, 91 mouton, 92 singe, 93 coq, 94 chien, 95 cochon, 96 rat, 97 boeuf, 98 tigre, 99 lapin et 2000 dragon (et oui, qu’on le veuille ou non, ces petits jeunes ont une bestiole stylée). Cette année, si vous faites le calcul donc, nous sommes entrés dans l’année du chien (ceux nés en 94 auront 24 ans cette année, ce qui équivaut à 2X12). Notons toutefois que les années du chien ne sont pas toutes les mêmes, car en plus du signe qui change tous les ans, l’élément associé à l’année varie aussi tous les deux ans. Se succèdent ainsi les cinq éléments de la culture chinoise : terre, métal, eau, bois, feu. Selon ces éléments de l’astrologie chinoise, les personnes qui naîtront cette année seront placés sous le signe du chien et associé à l’élément terre et seront donc, en fonction de cette combinaison, sérieux, communicatif et responsable au travail, à l’image de Madonna et Michael Jackson, nés en 1958, autre année qui avait également cette combinaison.

De tels évènements sont soutenus par l’UCL car, comme certaines rumeurs vous l’ont déjà certainement annoncé, la communauté chinoise de Louvain-la-Neuve est en pleine expansion. Et pour cause ! Le 20 juin 2016, à l’est de la N4, près du Oh! Green, était posée la première pierre de l’immense projet communément appelé CBTC, pour China Belgium Technology Center. Ce “centre” est en réalité un nouvel incubateur (structure permettant le lancement de nouvelles entreprises) qui va voir le jour dans la périphérie néolouvaniste, un endroit où des entreprises chinoises inconnues sur le marché européen pourront prendre racine. Il devrait s’achever d’ici deux ans maximum. Cet immense projet international vient s’ajouter à d’autres incubateurs déjà présents dans la périphérie de notre campus, comme par exemple le “young incubator”, réservé à des startup gérées par des jeunes. Il faut dire que c’est une place de choix pour les entrepreneurs chinois : proche de la N4 et de la E411, près d’une université dynamique et proche de Bruxelles, centre décisionnel de l’Europe. Ainsi, ils ont toutes les possibilités pour s’ouvrir au marché européen. Au-delà de ce vaste projet entrepreneurial proposé par l’AWEX (Agence Wallone à l'exportation et aux investissements étrangers), quel impact aura l’arrivée de cet incubateur sur le quotidien de Louvain-la-Neuve ? Verra-t-on la création d’un Chinatown à Louvain-la-Neuve ? Marc Francaux, prorecteur aux affaires régionales de l'UCL, assure que ce n’est pas du tout l’intention de l’UCL, contrairement à ce que certains quotidiens ont pu annoncer. Si de nouveaux logements sont en construction aux quatre coins de la ville (Bruyères, Lauzelle et Centre-Ville) pour accueillir notamment les Chinois qui arriveront avec le projet CBTC, ces derniers sont libres de s’installer où ils le souhaitent, selon leurs projets. De même, les logements construits pour répondre à la demande pourront tout à fait être occupés par des personnes d’autres nationalités. L’UCL invite donc vivement à la mixité, car c’est bien cela qui fait la richesse de l’UCL ! Pour soutenir cette mixité, au sein même de l’incubateur, des emplois se créeront pour la population locale. En effet, l’incubateur étant relativement excentré, des commerces de proximité se créeront pour subvenir aux besoins des entreprises sur place. On parle 1600 emplois supplémentaires à terme.

L’incubateur, c’est donc certes une opportunité économique pour l’UCL mais c’est aussi un projet qui rentre tout à fait dans leur ligne de conduite. En effet, soutenir de tels projets était prévu dès la création de Louvain-la-Neuve : sur les 900 hectares initiaux, 220 étaient réservés pour les initiatives entrepreneuriales du type de l’incubateur. Ensuite, de telles initiatives dynamisent véritablement l’université, en favorisant les relations internationales de cette dernière et offrant de nouveaux horizons pour de nombreux étudiants.

 

L’équipe de rédaction tient à remercier Marc Francaux, prorecteur aux affaires régionales, pour sa disponibilité et ses précisions quant aux intentions de l’UCL par rapport aux projets chinois à Louvain-la-Neuve.


Si tu veux en apprendre plus : http://www.wbi.be/fr/news/news-item/china-belgium-technology-center-premier-incubateur-chinois-europe-est-wallonie#.WpXV6mZ7Rao.

Commentaires