Autres

Mais attend, l'art c'est quoi?

« La chance est le sourire du talent ». Astuce infaillible pour un article réussi : commencer par une citation suffisamment profonde pour pouvoir y bâtir la légitimité de son texte. Voilà qui est fait. Les portes de la pensée complexe désormais grandes ouvertes, il semble opportun de se livrer à un examen approfondi de la notion d’art et de ses vertus, (trop) souvent insoupçonnées. Vaste notion, n’est-ce pas ?

« Art » découle du latin « ars », signifiant « composition, assemblage ». Ce bref détour étymologique va ainsi faire office de point de départ. En effet, toute création relève-t-elle nécessairement de l’art ? Difficile de nier le fait que Le cri d’Edvard Munch est plus facilement reliable à l’art que le (« très joliii ») dessin de ta nièce de 5 ans. Et pourtant… L’acte artistique réside-t-il dans l’œuvre finale ou plutôt dans le processus intellectuel la précédant ? Ou bien encore est-ce simplement une question d’appréciation individuelle ? Plus généralement, quels sont les critères pour qualifier une création « d’artistique » ? Pas simple !

Même pour un apprenti journaliste de l'Étincelle, l’objectivité s’impose comme une valeur phare. Cependant, ce serait faire injure à l’art que de le traiter avec objectivité et de tenter de généraliser les sensations qu’il provoque. L’art, c’est avant tout la subjectivité à l’état brut dans sa perception. Yann Moix déclarait à ce sujet, lors de la présentation de son livre Naissance : « L’exactitude a été bannie mais en revanche, la vérité est présente », pointant ainsi du doigt l’importance du ressenti. L’art, c’est la sortie de secours face au formalisme ennuyeux de ta vie trop bien calibrée. L’art, c’est ce qui t’envoie en pleine partie de Quidditch à Poudlard puis, l’instant d’après, dans la chaleur épaisse du port d’Amsterdam, tout cela en restant dans l’interminable file d’attente du bureau des inscriptions de l’UCL. L’art, c’est la vague de froid qui parcourt ton dos face aux mots éplorés de Primo Lévi, malgré la température insoutenable d’une plage catalane.

Dans cette mesure, l’artiste colore le réel et le rend digeste, lui insufflant un sentiment de vérité. Car oui, l’art peut certes tromper, duper, être maladroit, mais en aucun cas mentir. Il n’est in fine qu’histoire d’émotions. Émotions à chaque fois savourées de manière unique et personnelle mais qui, ensemble, constituent les garde-fous de toute société humaine. Le monde artistique est d’une bienveillance sans limites à l’égard de l’Homme, qui en est également l’une des sources et l’auteur. Il n’est d’ailleurs pas rare de constater que la voie artistique est empruntée à la suite d’atrocités commises telles que des attentats. « L’art sauvera le monde » écrivait Fiodor Dostoievski. Dès lors, l'art apparaît potentiellement comme un subtil moyen de racheter l’humanité lorsque celle-ci est mise à mal.

En guise de conclusion, une dernière astuce pour un article réussi : être honnête avec ses lecteurs. D’accord, j’avoue, la première citation était de Kaaris.

 

Commentaires