Sensibilisation

Rencontre avec Amancay Egas Torres du Collectif des Femmes

Le Collectif des Femmes, c’est une ASBL qui existe depuis 40 ans. Au départ créée par les femmes migrantes qui accompagnaient leur mari venant étudier ou faire leur doctorat sur Louvain-la-Neuve, l’association a petit à petit évolué en quelque chose de bien plus grand, employant maintenant 35 personnes et recevant en plus l’aide d’une quinzaine de bénévoles.

Au départ, l’ASBL est née avec le besoin des femmes migrantes d’un lieu de rencontre et d’échange, mais aussi d’un endroit où elles pourraient avoir des cours de français, car dans le temps, les femmes d’étudiants ne pouvaient pas étudier et étaient censées rester à la maison. Cependant, en 40 ans, une évolution s’est faite. Le Collectif des Femmes travaille toujours sur les thèmes de lutte contre la violence, droits des femmes et insertion professionnelle, mais plus seulement et uniquement pour les femmes. L’association vise maintenant migrants, réfugiés, immigrants et Belges, qu’ils soient hommes ou femmes. La lutte contre la pauvreté de tous est donc l’enjeu principal de l’organisation.

 

Mais d’où viennent les personnes recherchant l’aide du Collectif des Femmes ? Principalement de Syrie, Iran, Irak, Afghanistan, Erythrée et Somalie. Souvent, ce sont des femmes et leurs enfants qui fuient l’Afrique (pour par exemple échapper à l’excision). Du Moyen-Orient viennent plutôt des familles ou des hommes seuls.

 

J’ai rencontré Amancay Egas Torres, qui travaille dans la section “Tremplin pour la vie” du Collectif des Femmes. Tremplin pour la vie, c’est 4 axes pour aider les réfugiés qui ont reçu l’autorisation de séjourner en Belgique : l’aide à la rechercher au logement, l’aide à la recherche de formation, l’aide à la recherche d’emploi, et l’aide à la rencontre entre allochtones et autochtones. Grâce à cette plateforme, migrants et réfugiés apprennent différentes démarches de la vie belge : savoir faire une recherche internet, remplir des papiers, aller à la banque, etc. Le Collectif des Femmes ne leur donne pas un logement “sur un plateau”, mais sert plutôt d’intermédiaire, de facilitateur et cherche à donner le plus d’autonomie possible.

 

L’ASBL repose énormément sur les bénévoles, et en recherche toujours. Cela peut être des personnes plus âgées (récemment, un groupe de retraités a emmené quelques réfugiés à faire une balade à vélo, histoire de prendre l’air… et d’apprendre un moyen de locomotion gratuit), ou des plus jeunes (beaucoup de réfugiés cherchent à (re)prendre des études, et donc à pouvoir discuter avec des étudiants, se faire des amis dans leurs auditoires, etc). Il est possible de donner deux heures de son temps, juste pour aider quelqu’un à aller à tel endroit, à remplir des papiers ou simplement pour discuter, faire connaissance de l’autre et apprendre le français. Mme Torres insiste sur le fait que chacun peut donner à son niveau. Il suffit de donner une chance, de tendre la main, pour que le geste devienne une source de choses positives à tous niveaux.

 

Si vous êtes intéressés par le Collectif des Femmes, par ses formations ou si vous avez envie de vous impliquer, vous pouvez les contacter à info@collectifdesfemmes.be ou tremplinpourlavie@gmail.com

Commentaires