Louvain-la-Neuve

Rumeurs du Pays Noir

Pour votre plus grand plaisir, j’ai décidé de me mettre au journalisme d’investigation. De retour pour quelques jours à la terre des terrils et de mes origines, je me suis mis en quête de ces histoires que l’on colporte sans réellement savoir si elles ont un fond de vérité.

Dans un souci d’authenticité de mes récits, je me suis rendu en début d’après-midi dans un de ces bars que tous vous conseilleraient d’éviter si vous voulez vous amuser… Peu de lumière, des traces de moisissure et surtout peuplé de seuls deux ou trois individus qui vivent au fond de leur verre. Armé de mon sourire, je commande deux demi litres de pression mousseuse et en offre un à un de ces habitants de comptoir -celui au regard le plus vif- dans le but de commencer une conversation.

Après une première attitude de retrait de mon interlocuteur, j’explique la raison de mon essai peu habile de gagner sa sympathie… Et à mon bonheur l’autre me répond : “ben ouais, je peux te raconter deux trois trucs”.

Il me demande si j’ai entendu parler de la bête de la Sambre. Je lui réponds que non. Il me parle alors d’un énorme crocodile qui se cache dans les eaux sombres du canal. Ah cette histoire tant de fois entendue d’un amateur d’animaux exotiques qui jette un petit croco dans la rivière et que celui-ci contre toute attente devient un monstre des profondeurs… Je lui dis que c’est connu comme légende, et que toute ville en a une du même genre.

“Bon ok c’est peut-être faux mais je t’assure que je connais quelqu’un qui a pêché un silure de plus de deux mètres dans la Sambre à Marchienne !”. Le silure est un poisson d’eau douce géant pouvant atteindre les trois mètres de long, qui évite la lumière et peut vivre dans des eaux extrêmement polluées avec une durée de vie moyenne de 20 ans ! Quand j’ai appris que ce genre de goliath poissonneux vivent dans la Sambre, un frisson me passe dans l’échine à l’idée d’en sentir un me frôler en nageant… Tout bien réfléchi je n’ai jamais considéré faire trempette dans cette rivière trouble (jamais sobre du moins).

 

“Et tu t’es jamais demandé comment les cambrioleurs savent quelles maisons éviter?” Apparemment il y aurait un abécédaire des voleurs sous forme de petits dessins griffonnés sur les façades de cibles potentielles. Allant de “chien méchant” à “maison déjà visitée” en passant par “il y a de l’argent” . Je ne saurais vous affirmer s’il y a réellement un langage secret pour les Arsène Lupin en devenir. Je sais en tout cas que certains enfants sont aussi au courant de ces rumeurs et s’amusent bien à faire leurs meilleures impressions de ces marques sur les parvis des domiciles de leurs voisins les plus névrosés.

 

Bref, autour d’un verre, certains récits brisent la monotonie et donnent une petite dose de magie dans nos villes à la manière d’un conte contemporain.

 

Commentaires