Sensibilisation

Toi, au Parlement ?

Des numéros INAMI à la crise politique au sud du Royaume, en passant par l’indépendance de la Catalogne, t’es du genre à donner ton avis sur tout dès que l’occasion se présente ? Ca tombe bien, j’ai un truc qui pourrait t’intéresser…

Ce truc, ça s’appelle le Parlement Jeunesse Wallonie-Bruxelles. C’est une asbl qui sensibilise les jeunes aux enjeux de société en prenant la place, le temps d’une semaine, de nos député-e-s. C’est un jeu de rôle citoyen où les jeunes débattent sur quatre projets de décret fictifs, les modifient, les votent... Le tout, de manière non-partisane. C’est une des expériences les plus fortes que j’ai vécues, alors j’ai envie de te la partager…

Avant de commencer, les affiches « Toi, au Parlement ? » me foutaient un peu les boules. Bah non, pourquoi, comment, moi au Parlement ? Je passerais pour un con au milieu de ces débats juridico-prisedetêto-techniques ! Mais je me suis laissé convaincre, et me voilà embarqué dans l’aventure PJ… Quand ça a enfin commencé, j’ai vite compris que mes craintes étaient infondées : le PJ n’est pas un congrès de futurs politicards rigides, c’est une agora ! C’est un lieu d’échanges où s’exerce la démocratie à l’athénienne, où chacun-e- est encouragé-e à donner son avis. Un lieu qui rassemble des jeunes d’études, de classes et d’origines différentes, mais partageant tous un point commun : l’amour du débat. Dans l’assemblée, la diversité est recherchée : on accueille des délégations du Québec, du Sénégal, de Louisiane ou encore de Suisse. La diversité règne aussi au niveau des études, pas besoin de faire du droit pour pouvoir l’ouvrir (au contraire, le PJ aime diversifier les profils) : j’ai déjà entendu des interventions brillantes venant d’assistant-e-s sociaux-ales, d’ingénieur-e-s civils, ou même d’un jeune pilote de ligne ! Tout ce qu’il faut au PJ, c’est avoir un avis, et le feu pour le défendre. Ce qui compte, c’est aimer débattre. Et là, je te préviens, tu vas être servi ! Tu t’escrimeras lors des joutes verbales en hémicycle ; tu seras confronté, le soir autour d’une bière, à des gens et des points de vue que tu n’aurais pas rencontrés dans ton cercle habituel ; tu devras convaincre d’autres député-e-s de soutenir tes amendements...

Et cette année, au vu des thématiques des quatre décrets, il y aura encore débat : réforme du système médiatique passant par une nationalisation des médias, autorisation des modifications génétiques sur les embryons, réforme des transports belges qui rend ultra-restrictif l’accès aux voitures, ou encore réforme du système alimentaire qui impose le végétarisme et les circuits courts. Si t’es pas d’accord quand tu lis ça, tant mieux, viens les critiquer !

C’est une simulation parlementaire, mais le PJ, par son intensité, dépasse la simple expérience qui gonfle vos « soft skills ». L’accent n’est pas mis sur le réalisme politique et juridique, mais plutôt sur le débat d’idées et l’aventure humaine. Cet univers parallèle, vous allez vous immerger dedans pendant une semaine. Ca relève limite de l'expérience sociale, c'est assez dingue : 120 personnes totalement différentes qui partagent un amour du débat s'enferment et se quittent plus pendant une semaine, pour jouer à un grand jeu très prenant. Dans ce jeu, on s'écharpe sur des décrets imaginaires, on est indigné-e-s par des amendements choquants qui n'auront pourtant aucun effet, on est heureux-se comme un-e gosse quand nos propositions sont adoptées... Le jeu est si prenant, que l’on vit PJ pendant une semaine : pas le temps de faire ou penser à autre chose. Avec en plus un côté excitant d’être tout-e beau/belle et de parler dans le vrai parlement, écouté avec respect. Et, assez rapidement au final, à force de s’impliquer à tel point avec un groupe diversifié, au gré des débats et des collaborations, des amitiés fortes se créent.

Le PJ comprend aussi une équipe journalistique, une expérience à part entière. Elle permet de vivre la simulation autrement, sans affronter l’hémicycle, mais avec une intensité toute identique. L’équipe rédige l’Echo, le journal du PJ, qui traite quotidiennement des événements de la semaine et des thématiques des décrets, sous un angle critique. Et le côté média de la simulation ne se limite pas à l’écrit : l’équipe présente aussi un JT quotidien, qui demande des vidéastes motivé-e-s à l’idée de traiter les événements avec dynamisme. Enfin, la polyvalente équipe journalistique comprend deux photographes pour couvrir la semaine (et te fournir en PP-buzz), et un-e caricaturiste. Si tu es, dans l’âme, journaliste, vidéaste, caricaturiste, ou photographe, on n’attend que toi !

Alors si tu aimes débattre, ou si l’aspect journalistique te tente, postule au PJ ! C’est une expérience forte, tant humainement qu’intellectuellement. Je la conseille sincèrement, c’est une des plus marquantes que j’aie eu à vivre. Il te suffit de poster ta lettre de motivation sur le site (http://www.parlementjeunesse.be) avant le 12 novembre. La semaine de simulation aura lieu du 11 au 16 février (en S2), à Bruxelles, où tu seras logé-e et nourri-e avec les autres député-e-s. Si tu es sélectionné-e, attends-toi, à vivre une sacrée aventure. Alors, toi au Parlement ? Oui, toi au Parlement !

Notre page Facebook: https://www.facebook.com/parlementjeunesseWB/

Commentaires