Autres

4e newsletter du Kot Ardoise !!!

Vous les attendiez avec impatience ? Voici le retour des newsletters du Kot Ardoise !!! Cette semaine et pour notre plus grand plaisir, Simon nous parle du... poil !

Dicton du jour : « Quand il y a trop de poils, je vois pubiens. »

Salut à tous, kapistes… de tout poil !

Aujourd’hui, je vous propose un voyage au pays passionnant de la pilosité. Qu’on les aime ou qu’on les exècre, les poils font en effet partie intégrante de notre biologie. Si les canons de beauté actuels ont souvent tendance à leur enlever tout potentiel érotique, sachez qu’ils remplissent pourtant des fonctions extrêmement importantes et ne sont pas qu’un simple héritage transmis par nos aïeux tueurs de mammouths (qui a dit que j’essayais de me rassurer ?).

Bref, nous ne sommes pas là pour parler biologie mais bien français. Et là, il est surprenant de voir à quel point  notre belle langue regorge de petits trésors pileux tous plus savoureux les uns que les autres. Vous reprendrez bien un peu de touffe ma bonne dame ? Voici quelques locutions – connues ou moins connues – qui vous montrent que le poil, même en littérature, c’est SWAG !

  • Le gibier à poil. Non messieurs, il ne s’agit pas des trophées de guindaille bipèdes à la poitrine opulente et bien garnie (ou pas…) que vous pouvez traquer à votre guise tous les mercredis au Coq (appelez les FEMEN, un odieux machiste sévit à l’Ardoise). Il s’agit en réalité d’un type de proie que les andouilles en fusil… euh pardon, les chasseurs, aiment à traquer lors des belles journées d’automne. Il se distingue du gibier à plume qui comprend les différents oiseaux pouvant être dégommés dans la légalité la plus totale. Le gibier à poil regroupe quant à lui les lièvres, les lapins etc.
  • Se faire le poil. Une belle petite expression vieillie qu’à titre personnel, on utilisait en famille pour désigner l’action de trimer notre bon vieux Scottish Terrier. J’ai appris récemment que ce verbe s’appliquait jadis non seulement aux toutous et aux minous (je parle bien sûr des chats, bande de gros(ses) dégoûtant(e)s) mais aussi à nous, humains. Cette locution désigne tout simplement l’action de se raser. A noter que pour les baptisés, se faire un/le poil revêt également une tout autre signification ;).
  • Dans le même ordre d’idée, on retrouve le poil follet. Rappelez-vous messieurs (ou mesdames les femmes à barbe) l’impatience avec laquelle nous nous reluquions tous les matins dans le miroir afin de voir si notre barbe poussait enfin afin d’annoncer publiquement à la société que nous étions officiellement en train de devenir sexuellement actif. Le poil follet, c’est ce qu’on exhibait fièrement devant les copains en cours de recré entre deux parties de billes ou de pogs : ce petit poil naissant qui vient avant la vraie barbe tant espérée. Pour certains d’ailleurs, cette dernière se fait toujours attendre…
  • Tomber sur le poil de quelqu’un. A ce qu’il paraît, cette expression est assez utilisée mais personnellement, je ne l’ai jamais entendue. Elle signifie tout simplement aborder quelqu’un par surprise voire, selon le contexte, passer un savon à quelqu’un.

Voilà, c’est tout pour cette fois-ci, j’espère que ce petit interlude aura égaillé votre pause caca. Petite pensée émue à nos amis imberbes, on vous aime quand même !

Pour l'Ardoise, Simon

Commentaires