Actualité

Continuons à combattre la pénurie de logement !

Suite à l'annonce par l'UCL de l'absence de listes d'attente pour des logements étudiants à LLN, l'Assemblée Générale des étudiants de Louvain (AGL) et le Syndicat des étudiants locataires de Louvain (SYELLO) tiennent à réagir. Même s’il est important de saluer les efforts de l’UCL, les signaux de la pénurie de kots à LLN restent dans le rouge.

Suite à l'annonce par l'UCL de l'absence de listes d'attente pour des logements étudiants à LLN, l'Assemblée Générale des étudiants de Louvain (AGL) et le Syndicat des étudiants locataires de Louvain (SYELLO) tiennent à réagir. Même s’il est important de saluer les efforts de l’UCL, les signaux de la pénurie de kots à LLN restent dans le rouge. Se loger à LLN est encore pour trop d'étudiants le synonyme d'un parcours du combattant pour dénicher un kot salubre et à prix abordable. D'autant plus que les règles d’accès de l'UCL-logement qui aménagent la pénurie excluent bon nombre d'étudiants des kots universitaires, les forçant à se tourner vers le privé, souvent plus cher et à la qualité très variable.

L'on constate depuis plusieurs années une pénurie des kots sur le site de Louvain-la-Neuve. En 2011, le Gouvernement Wallon a réalisé une étude pointant un manque de 1300 logements étudiants à Louvain-la-Neuve. Depuis, et à la suite des mobilisations d'étudiants lancées par l’AGL et le Syello, l’université a mis en place la construction de 350 nouveaux kots, 250 autres devant voir le jour d'ici 2016. Malgré cette indéniable avancée positive, il nous semble indispensable de surveiller l’évolution de cette pénurie de logements afin que chaque étudiant ait accès à une offre correspondant à ses besoins, et que l'accessibilité aux études ne soit pas un mot vain.

Aujourd’hui, l’UCL est fière d’annoncer qu’il n’y a plus personne sur la liste d’attente et qu’il y a même plusieurs dizaines de kots encore disponibles. Cela signifie-t-il que la pénurie est terminée ? Pas du tout. Tout d’abord, d’un point de vue tout à fait trivial, s’il manquait 1300 kots en 2011, le nombre d’étudiants ne faisant qu’augmenter, il en manque nécessairement toujours aujourd’hui, malgré les 350 nouveaux kots construits par l'UCL et les nouvelles offres de propriétaires privés ou d’agences.

Ensuite, n’oublions pas que les logements de l’UCL ne sont pas accessibles à l’ensemble des étudiants, certains critères ayant été mis en place. Ainsi, l'UCL ne permet à un étudiant d'accéder à un kot UCL que durant deux ans (cette règle ne s'appliquant toutefois pas aux boursiers). Ces restrictions font artificiellement diminuer la demande de kots UCL mais pas celle des kots en général. En effet, tous ceux qui ne peuvent plus avoir accès à des kots UCL se tournent vers le privé. Ils sont alors confrontés à certains propriétaires qui, sachant qu’ils pourront toujours trouver un étudiant locataire, augmentent leurs prix, sans améliorer la qualité ou régler les problèmes d’insalubrité.

Il est également important de nuancer la position de l’UCL en rappelant que, début aout, beaucoup d'étudiants qui quittent le secondaire n’ont pas encore déterminé leur choix et lieu d’étude et que de nombreuses demandes risquent donc d’arriver d’ici la mi-septembre. Or, les étudiants entrant en 1ère bac font partie de ceux ayant le plus facilement accès aux kots UCL. On peut le constater, la pénurie se fait ressentir et n'est pas prête de partir.

L’AGL et le Syello insistent donc sur la nécessité de continuer à construire des logements publics, de qualité et accessibles à tous. Seule l'instauration d'un chômage locatif, soit un léger surplus d'offre de logement par rapport à la demande, permettra de combattre structurellement l'insalubrité des kots, et de tirer les prix vers le bas, qui s'il fallait le rappeler, sont plus élevés à Louvain-La-Neuve que partout ailleurs en Wallonie. Il faut donc que l'UCL continue d’augmenter la taille de son parc locatif, afin de fournir un service de qualité aux étudiants et de garantir l'accessibilité de nos études supérieures.

Contacts :

Merlin Gevers, co-président de l’AGL + 32 491 07 47 37 | mgevers@aglouvain.be

Leila Van Keirsbilck, vice-présidente en charge du Syello +32 496 81 71 51 lvankeirsbilck@aglouvain.be

Commentaires