Actualité

Fiche pour les Nuls sur les élections turques !

Turquie, le 7 juin 2015, un vent frais souffle sur le paysage politique.  Après 13 ans d’un pouvoir sans partage, le parti du président turc  Recep Tayyip Erdogan, l’AKP, a perdu sa majorité absolue au Parlement avec 40.6% des voix.  Le parti kurde HDP a quant à lui raflé 12.9% des voix, ce qui lui permet d’être représenté au parlement.

Erdogan, élu président en août dernier, se retrouve donc face à deux options : faire une alliance – Mais avec qui ? – ou convoquer des élections anticipées, si aucune solution ne peut être trouvée.  Le ballet des négociations commence alors entre trois partis turcs : l’AKP, le CHP et le MHP.  Le parti kurde, lui, exclut directement la possibilité d’une alliance avec l’AKP.  Pour beaucoup, Erdogan fera tout pour arriver à des élections anticipées.  Il rêve en effet d’une nouvelle constitution, qui lui permettrait d’imposer une « super-présidence ».  Mais, pour faire voter cette constitution, il a besoin d’une majorité au parlement.

 

Suite à l’attentat suicide en juillet de la ville de Suruç, qui a principalement touché les kurdes, la Turquie entre dans une spirale de violence.  En effet, le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) assassine, en représailles à ces attentats, des policiers turcs soupçonnés de collaboration avec l’EI. Le 24 juillet, Ankara lance alors officiellement une « guerre contre le terrorisme », contre les djihadistes de l’Etat islamiques et aussi contre les rebelles kurdes.  Cependant, dans les faits, l’aviation turque concentre ses frappes sur le PKK.  En réponse à ces attaques, les rebelles kurdes décidèrent de rompre le cessez-le-feu de 2013 et reprirent leurs attaques contre l’armée et la police à travers le pays.  Un mois plus tard, Ankara affirmait avoir tué plus de 700 rebelles kurdes.

 

Pour beaucoup d’analystes, Erdogan espère utiliser cette reprise des conflits pour augmenter son score.  Il rend en effet le HDP responsable de la perte de la majorité pour son parti.  Sa stratégie est d’accuser le HDP d’être le complice du PKK et donc, d’être responsable de la poussée de violence dans le pays. 

Finalement, fin août, Erdogan annonce la tenue d’élections anticipées le 1er novembre.  Durant la campagne, de nombreuses intimidations envers les médias d’opposition ont été observées, ce qui fera dire à Barack Obama  «  Nous sommes […] très préoccupés par le fait que des médias et des journalistes critiques envers le gouvernement ont fait l’objet de pressions et d’intimidations durant la campagne »[1]. 

 

En octobre, un attentat suicide imputé à l’EI fait 102 morts à Ankara.  Il a frappé une manifestation contre la reprise des hostilités entre les forces armées turques et les rebelles du PKK, touchant principalement des militants du HDP.  «Ces derniers jours, l'AKP n'a cessé de stigmatiser les Kurdes, en nous faisant passer pour des terroristes. Or, les vrais terroristes, ce sont les combattants de Daech. Il est temps que les autorités nous protègent, au lieu de nous attaquer [2]»  clament les militants.   Pourtant, la stigmatisation des kurdes continue.  Certains quotidiens vont même jusqu’à insinuer que les militants pro-kurdes sont à l’origine de l’attentat qui les a frappé. 

Le 10 octobre, un cessez-le-feu est proclamé, afin de calmer  les esprits avant les élections.

 

Malgré des sondages pessimistes, il semblerait que la stratégie d’Erdogan ait payé.  Dimanche soir, les résultats sont tombés.  L’AKP a retrouvé sa majorité absolue au parlement avec 49,3% des suffrages. Le HDP lui, conserve de justesse sa place au parlement avec  10,4% des voix.

Dès sa victoire, Erdogan a réaffirmé sa volonté d’éliminer les séparatistes kurdes, ce qui a conduit ces derniers à annuler le cessez-le-feu qui avait été conclu pour les élections.

 

Viens élargir tes connaissances, poser toutes tes questions ou simplement en débattre au kot, ou sur notre page Facebook, sur Twitter @KotCitoyen ou sur notre blog : kotcitoyen.be.

Soyez critiques, soyez citoyens !

 

[1] Le Monde, Turquie : Washington « très préoccupé » par les « pressions » sur les médias, 02/11/2015

[2] Le Figaro, En Turquie, l'AKP d'Erdogan remporte une large victoire, 01/11/2015

Commentaires