Sensibilisation

Les gobelets réutilisables : un premier bilan

Voilà un mois et demi que les gobelets réutilisables ont fait leur apparition sur le site de Louvain-la-Neuve. Voici l'occasion de présenter le fonctionnement des gobelets réutilisables et de dresser un premier bilan de ce nouveau système écologique qui, attendu depuis longtemps, suscite déjà quelques polémiques.

Pour ceux qui ne sont pas familier de la guindaille néo-louvaniste, résumons rapidement le fonctionnement des gobelets réutilisables en soirée. L'année passée, le mode d'emploi était plutôt simple. Il suffisait d'amener 1€ au bar d'une surface d'animation quelconque pour recevoir en retour 1 bière de 25cl dans un gobelet plastique jetable, modus operandi qui a prévalu pour bon nombre de générations de la guindailleurs (moyennant quelques récentes augmentations du prix de la bière, d'ailleurs en partie dû à l'arrivée de ces fameux gobelets réutilisables).

Depuis la rentrée, les choses se sont quelque peu corsées. Désormais, pour avoir une bière, il faut acheter un gobelet réutilisable à 1€, et ensuite encore payer par la suite 1€ pour recevoir sa bière. Bien entendu, le gobelet réutilisable peut être rendu à tout moment et on récupère dès lors sa caution de 1€. Si on souhaite reprendre une autre bière, il suffit de rendre son gobelet sale et de payer à nouveau 1€ pour recevoir une bière dans un nouveau gobelet réutilisable propre (autrement dit, un même gobelet réutilisable ne peut pas servir 2 fois sans être lavé).

Une importante organisation logistique a donc été mise en place entre le fournisseur qui doit chaque jour livrer des gobelets propres et reprendre les gobelets sales, et les surfaces d'animation (tous les cercles plus les salles de l'AGL, la Carolo, la Lux et le Kot Planete Terre qui fournit des gobelets aux évènements kapistes). Ainsi, chaque matin, des camions arrivent aux surfaces d'animation avec des gobelets propres et reprennent les gobelets sales pour les laver.


Du coté des patrons

Comme on peut s'en douter, l'instauration de ce système a demandé un énorme travail d'organisation et de préparation. Les intermédiaires sont nombreux : cercles, régionales, kots à projet, … Afin de garantir un système fiable à long terme, l'ASBL GECo (Gestion étudiante de coopération à l'animation) a été instaurée l'année passée. Elle est l'intermédiaire officiel entre les surfaces d'animation et le fournisseur de gobelets réutilisables Rekw'up!. 

Les membres de GECo sont tous les intermédiaires par lesquels transitent des gobelets réutilisables et sont répartis dans 4 pôles différents : 

  • AGL (Assemblée générale des étudiants de Louvain)
  • GCL (Groupement des cercles louvanistes)
  • Fédé (Fédération wallonne des régionales de l'UCL)
  • Collectif des Kots-à-projet représentés par l'Organe

D'ailleurs nous retrouvons le logo de GECo et le logo de chaque pôle sur tous les gobelets.

GECo est donc l'organisme responsable du bon fonctionnement des gobelets réutilisables sur Louvain-la-Neuve, et la chose n'est pas aisée. En effet, leurs missions sont diverses et cruciales pour la survie du projet :

  • Achat et financement des gobelets réutilisables, suivi financier du système
  • Gestion de la logistique, intermédiaire entre les cercles et le fournisseur pour le stockage, livraisons de caisses, récupération des gobelets sales, etc
  • Formation des membres des comités des cercles et des régionales concernant la gestion et l'utilisation des gobelets en soirée
  • Suivi du projet au jour le jour et du bon fonctionnement du système en soirée
  • Préparation logistique pour des évènements spéciaux comme les 24h vélo
  • Aménagements des surfaces d'animation pour prévenir le vol de caisses de gobelets et autres
  • Médiatisation du projet
  • etc

Autrement dit, leur tâche n'est pas mince et est totalement indispensable au bon fonctionnement du projet. Pour vous donner une idée de l'envergure du système, GECo c'est 500.000 gobelets de 25 cl, 20.000 gobelets de 50 cl, 2.500 cruches de 1L, 1.375 caisses et un prêt de 60 000€ auprès de l'UCL pour l'achat des gobelets.

Du coté des râleurs

Les gobelets réutilisables n'ont pas toujours eu un accueil très tendre, les remarques et critiques ont fusé sur pas mal de sujets et de thèmes différents : habitudes, bénéfice écologique, ... On peut déjà citer la bien connue "on peut plus affoner avec ces gobelets rigides de merde" qu'on entendait de temps à autres pendant les premières semaines de l'année, mais désormais tout le monde s'y est plus ou moins habitué et cette revendication passera bientôt à la trappe.

En revanche, et plus sérieusement, le bienfait écologique du système a souvent été remis en question. On cite notamment la fabrication des gobelets réutilisables, plus nocive pour l'environnement comparée aux gobelets standards, qui eux étaient recyclés. En réalité, il n'en est rien. Les anciens gobelets étaient eux incinérés, tandis que les nouveaux gobelets sont tout à fait recyclables. D'ailleurs, vu le flux massif de gobelets jetables qui transitait via Louvain-la-Neuve, l'empreinte écologique de la fabrication des gobelets réutilisables sera vite amortie.

Notons également que le centre de stockage et de lavage des gobelets usés est situé à Ciney. Inutile de préciser que Ciney - LLN est une distance considérable, et que ce transport génère une pollution certaine, comme l'aiment le rappeler pas mal de détracteurs. Heureusement, le fournisseur prévoit d'installer un centre de lavage dans les alentours de LLN dans les années à venir, gain écologique non négligeable à l'échelle de LLN.

Du point de vue de la propreté par contre, c'est quasi une révolution ! Fini de voir des gobelets trainer à gauche et à droite dans les rues le matin, malgré les tours des nettoyages des cercles chaque soir ET des ouvriers communaux chaque matin. Même les surfaces d'animation sont en soi plus propres : plus de gobelets à terre, le sol plus propre car moins de bières déversées à terre (plus de "rivière" aux bords du bar de la carolo aussi). La guindaille est devenue un peu plus propre !

Il y a cependant un vrai cas de figure qui nécessitera certaines précautions : on peut imaginer le cas de figure où un bar viendrait à manquer de gobelets en soirée et se mettrait alors à redistribuer des gobelets sales pour ne pas interrompre le débit de boissons. Même si on peut supposer que toute pratique du genre a été interdite aux surfaces d'animation par GECo, ça n'en reste pas moins une possibilité (ou même le cas où des responsables viendraient à confondre une caisse propre et une caisse vide sans le remarquer, cela s'est déjà vu cette année). Inutile de préciser à quel point cela pourrait accélérer une épidémie à l'UCL, comme on en a déjà eu avec les oreillons (et n'imaginons même pas si Ebola arrive dans nos contrées).

Quoi qu'il en soit, jusqu'ici, les gobelets réutilisables ont été lancés sur la bonne voie, espérons que cela continue !

Commentaires