Louvain-la-Neuve

Une époque en transition pour des lendemains différents

Au cours de cette semaine, j’ai eu l’occasion de déambuler dans le chapiteau qui s’est installé sur la Grand Place de Louvain-la-Neuve. Dans cette structure se sont succédées les activités et les présentations de diverses associations estudiantines.

Parmi elles j’ai croisé l’Alterékot : avec eux j’ai pu discuter d’intelligence collective et de gouvernance partagée. En quoi un autre mode de fonctionnement dans un groupe ou une entreprise peut changer le ressenti de ses membres et exploiter les forces de chacun. Ce n’est pas forcément le cas avec les modèles plus traditionnels de type pyramidal de fonctionnement dans divers organismes, où la décision vient du dessus et chaque personne dans la pyramide est responsable d’un nombre exponentiel d’autres se situant plus bas dans la chaîne alimentaire entrepreneuriale. Pour en savoir plus rendez-vous sur le site collectiv-a.

Avec le Kapsla ( Kap Sur l’Avenir), on abordait le sujet des énergies alternatives, de transition énergétique et de tas de « fun facts » sur le monde de l’énergie en général. Allant de la consommation d’eau de notre quotidien aux questions sur le nucléaire, l’hydraulique ou les dernières découvertes en matière de biocarburants et solutions alternatives à notre mode de consommation en termes de ressources.

Mais ce n’est pas tout : j’ai aussi rencontré deux anciens kapistes, guides au musée du capitalisme qui m’ont posé comme question introductive « Comment imaginerais-tu la société idéale ? ». Le but de ce musée est en effet selon eux de poser plus de questions que d’apporter de réponses et que le but d’une visite est de lancer un questionnement quant à notre société. Cette exposition qui a lieu au musée L jusqu’au 18 avril est une occasion rêvée pour poser un autre regard sur notre mode de vie et d’enfin pouvoir définir ce que veut dire « capitalisme » aujourd’hui.

Par contre je n’ai pas eu l’occasion de voir ce qui se passait à cap Transition ce jeudi. Justine tu me racontes ?

Comme tu le sais Louis, chaque jour un thème différent rythme le chapiteau de la grand place et en ce jeudi 14 mars, l’engagement personnel et citoyen a mis à l’honneur entre autres une expo photos sur l’écotourisme. Celle-ci organisée par le Dévlop’Kot était composée de photos prises par des amateurs dans plusieurs parties du monde pour montrer l’impact écologique qu’à notre tourisme de masse. En déambulant dans le chapiteau on aperçoit donc une photo d’un barrage gigantesque construit sans aucun scrupule pour la nature l’ayant hébergée. Une autre capture les quelques mètres de plage publiques encore accessibles au plus démunis ne pouvant pas se permettre de payer le sable privé des bars jonchant la mer. La nature doit elle aussi maintenant se monnayer. Comme troisième exemple, une photo en noir et blanc d’une dame et un caméléon, espèce protégée et menacée d’extinction, et malheureusement victime de touristes malintentionné voyant en cet animal un véritable animal de compagnie.

Que pensez de toutes ces preuves démontrant que notre impact touristique sur les ressources naturelles de notre planète doivent elle aussi être remises en question ? Belle source de remise en questions, l’expo permet de réfléchir à comment faire autrement, comment voyager sans blesser celle grâce à qui nous vivons et mangeons.

Le festival s’est donc clôturé avec ce dernier thème. Quatre thèmes, quatre jours, nous permettant de repartir plein d’idées en tête pour « construire le monde de demain ». Merci à l’Alterékot, Dévlop’Kot, Dépakot, Kap sur l’Avenir, Kap Vert, Kot Oasis, Kot Oxfam, Kot Planète Terre et Kout’Pouce, kots à projets de la plateforme Transition, la ville d’Ottignies-Louvain-La-Neuve, la Région Wallonne, UCL Culture, la Maison du développement durable, Greentrip, l’Alterez-vous pour cette semaine !

Commentaires