Louvain-la-Neuve

Humans of LLN #11 : Les fleurs du mal

C’est dans cette charmante librairie de seconde main que l’Etincelle a décidé de continuer sa série Humans of Louvain-la-Neuve.

Cet endroit atypique habite la Grand-Place depuis 1994. Son nom, clin d’œil à Baudelaire, a été choisi un peu par hasard, figurant sur une liste. C’est un couple qui tient cette librairie. Le gérant connaît Louvain-la-Neuve depuis ses 15 ans, et a vu la ville se transformer au fil des ans. Il observe qu’elle tend à devenir une vraie ville, bien loin de l’état embryonnaire de Louvain, alors habité uniquement par des étudiants. Cela ne rend pas pour autant notre libraire nostalgique, car « il est dedans et ne s’en rend pas compte ».  

L’ouvrage le plus inédit/rare/cher qu’il ait vendu est un Atlas du XVIIème siècle. Parmi ses clients, ce commerçant ne retient pas un type particulier de personnes (étudiant, adulte ou personne âgée). Selon lui, les trois catégories forment sa clientèle. A la question de savoir quel fût son client le plus atypique, il répondra le Professeur Zayon, qui a enseigné la psychologie à l’UCL. « C’était un bon client qui est devenu presque, je pourrais dire, un ami ». Enfin, son livre de chevet serait Nadja d’André Breton, bien que ce choix ne soit pas définitif et pourrait changer au gré de ses lectures.

Comment ce libraire voit-il l’avenir du livre à une époque où plus personne ne semble prendre le temps de lire ? Il estime que le livre est loin d’avoir vécu sa dernière heure. Il nous explique que « le numérique stagnerait aux USA et qu’on a jamais autant édité de bouquins à l’heure actuelle. »

Si vous flânez un jour sur la Grand-Place, n’hésitez pas à faire une halte dans ce ravissant commerce qui vous permettra de trouver des pépites à prix tout doux.

Commentaires