Actualité

En S6, tu bosses ou tu bisses !

Les baptêmes sont terminés depuis maintenant une semaine ; les 24h Vélo aussi, malgré quelques barrières encore à ranger. Que nous reste-t-il donc à faire ?

Comme vous avez pu le remarquer depuis le début de la semaine, sinon je vais vous l’apprendre, nous sommes ENFIN en semaine 6. Quoique… Je ne suis pas réellement certain que le mot « Enfin » soit des plus adéquats. Face à cette situation très gênante, avouons-le, vous pouvez vous retrouver dans différents cas de figure.

 

Le premier cas de figure dans lequel un étudiant peut se trouver est qu’il est totalement à jour et qu’il n’a pas encore séché un seul de ses cours. Même si, à mon avis, ils sont peu nombreux, je pense que nous avons parmi nous des étudiants très assidus. En somme, c’est le statut de l’étudiant parfait auquel tout le monde aspire. Dans ce cas, tout va bien dans le meilleur des mondes. Malgré leur assiduité, ces étudiants n’ont pas forcément tout compris lors des cours. L’avantage qu’ils ont lors de leur étude est qu’ils auront déjà entendu et vu une fois la matière et donc il ne faudra plus qu’à travailler pour que le franc tombe. Je les félicite pour leur motivation et leur conseille de ne pas relâcher leurs efforts.

 

Le second cas est un peu différent et offre deux manières de réagir qui n’auront pas le même résultat. Nous sommes dans le cas où les étudiants se sont bien amusés jusqu’à maintenant en oubliant de temps à autre pourquoi ils sont réellement à Louvain-la-Neuve. Leurs cours sont partiellement en ordre, les notes ne sont pas complètes, les bouquins pas encore trouvés au format PDF ou tout simplement commandés dans une quelconque librairie, etc. Malgré tout, ces étudiants vont continuer à s’amuser pour, parfois, oublier les problèmes. Enfin…, oublier les cours. C’est, en général, à ce deuxième type d’étudiants qu’est destiné le dicton « En S6, tu bosses ou tu bisses ».  En effet, les cours commencent à être bien avancés et les dates d’échéance des projets s’approchent  à grands pas alors qu’ils n’ont  toujours pas trouvé de groupe. Le moment critique où il sera trop tard approche dangereusement. Ces étudiants ont plusieurs manières de réagir. La première est de reprendre  « sa  vie  en main » et de devenir plus assidu aux cours, se mettre en ordre et commencer à dégrossir la matière. Il faut aussi penser à réduire doucement les sorties, réunions au Beerbar, etc. En d’autres mots, s’y mettre ! La deuxième solution est de se dire que tant que l’on n’est pas au blocus, il n’est pas nécessaire de travailler. C’est une attitude peut être très dangereuse car le temps risque de manquer pour voir tous les cours à fond. On entend alors parfois des « On ira au feeling, ce n’est pas grave ! » ou encore « De toute manière étudier, c’est tricher ! ». Expressions cachant généralement un certain malaise…

 

Pour conclure, quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez actuellement, sachez qu’il est encore largement temps de s’y mettre afin de réussir l’ensemble des cours en Janvier. Mais que si vous arrêtez ou ne commencez pas à bosser, il se peut aussi que la tendance s’inverse !

Commentaires