Louvain-la-Neuve

Chess LLN - jouer aux échecs pour ne plus en avoir

 Un nouveau projet séduisant prend son envol à Louvain-la-Neuve : Chess LLN. Oui, les étudiants ont désormais un point de rendez-vous hebdomadaire pour jouer aux échecs ! Une activité qui change des efforts physiques au Blocry ou du folklore en guindaille : un sport cérébral. Si vous n’avez jamais joué et que vous pensez, comme beaucoup d’autres, que ce jeu est trop compliqué, détrompez-vous. Se familiariser avec les règles vous prendra à peine une vingtaine de minutes et vous ressentirez très vite l’adrénaline que ce sport procure.

ChessLLN c’est le projet d’Arthur, Martin, Justine et Maximilien. Quatre étudiants qui se sont lancé le défi de rassembler d’autres joueurs néolouvanistes autour de leur passion commune. Mardi 18h - l’événement devenu accoutumé commence. Les premiers joueurs arrivent. Nous sommes au Sainte-Barbe parmi les 30 échiquiers installés. Martin Pasture accepte gentiment de nous en dire un peu plus sur le projet. 

« C’est Arthur qui a créé le groupe sur Facebook. Il avait commencé à jouer aux échecs après la série The Queen’s gambit et voulait sociabiliser le jeu ». Ayant eu des cours lorsqu’il était plus jeune, Martin a rejoint Arthur dans l’idée de créer cette communauté. Il nous explique que les personnes se rendant sur place sont très souvent des joueurs en ligne. Chess LLN leur permet de jouer autrement et en se séparant de leurs écrans. 

 

Le public actuel de Chess LLN

 Le groupe organisateur se dit satisfait de l’engouement du public. « Nous avons eu pas mal de succès, surtout au début. Lorsque nous ne possédions que 20 échiquiers, il n’y avait pas toujours de place pour tout le monde. ». Le mini-club accueille des étudiants de tous les niveaux. Martin nous l’explique : « J’ai déjà appris le déplacement des pièces à de nouveaux arrivants. […] Certains autres joueurs sont excellents et ont un classement FIDE (Fédération internationale des échecs) ». C’est le cas de Maximilien Dallemagne, un organisateur du projet, et du Maître International Nicola Capone, un ami du groupe. Sans surprise, le public est majoritairement masculin et ingénieur. Chess LLN a logiquement moins « cartonné » lorsqu’ils se sont installés un mardi dans la salle de l’Adèle, le cercle de droit. « On essaye vraiment d’inclure tout le monde », raconte Martin. Le manque de parité est une énorme critique faite aux échecs d’aujourd’hui. En sommes, si tu es une femme, c’est l’occasion idéale de venir casser les stéréotypes (et l’égo des hommes) !


 

 

 

 

Leurs objectifs futurs

 L’organisateur nous confie qu’il aimerait bien voir Chess LLN collaborer avec des cercles/associations à Louvain-la-Neuve. « Notre objectif est de toucher plusieurs publics ». Le club voudrait aussi être reconnu et soutenu par l’UCLouvain. Chess LLN, c’est uniquement du jeu libre pour le moment, mais Martin et son équipe en veulent plus. « On va essayer de créer une vraie communauté en organisant des mini-tournois et jeux entre membres ». À noter qu’un événement de six heures par semaine c’est déjà beaucoup pour une petite équipe comme celle-ci : « Donner des cours est aussi dans nos projets mais pour le moment on se rend compte que gérer notre événement chaque semaine nous prend déjà beaucoup de temps ». Martin et son équipe semblent donc vouloir faire évoluer le concept progressivement. Aussi, la location des différentes salles (hors UCLouvain) a demandé un certain financement. Les jeunes organisateurs ont investi de leur poche et devront compter sur la vente de boissons pour se maintenir. L’objectif n’est pas d’en faire un business : « Nous voulions dégager des bénéfices pour acheter des pendules […] Pour le moment, nous avons encore quelques dettes à régler », avoue Martin. In fine, disons qu’il y a encore du travail mais que le projet commence réellement à prendre forme.

 

Pourquoi jouer aux échecs ?  

Comme le dit très bien Martin, « venir jouer aux échecs, c’est l’occasion de passer une bonne soirée. » Il exprime que « l’ambiance est relaxe et amicale ». « Il ne faut pas tomber dans les clichés du joueur sérieux et geek : les gens consomment des bières et viennent pour s’amuser », assure-t-il.

 Par ailleurs, à défaut de traumatiser les cellules de votre cerveau avec l’alcool, vous avez la possibilité de les stimuler et de recréer des connexions neuronales. Jouer nécessite une concentration incessante et acharnée, mais aussi de l’anticipation, de la créativité, de la sérénité. Des études ont démontré que les échecs apportent de nombreux bienfaits à la santé. Nous faisons travailler les 2 parties de notre cerveau en analysant l’échiquier, en visualisant les différents coups possibles, les différentes tactiques/stratégies, ou encore en mémorisant certains principes. Instaurer des cours d’échecs dans les écoles primaires s’avérerait bénéfique sur les résultats scolaires des élèves, c’est ce qu’a démontré notamment une étude gantoise il y a plusieurs années. Une autre plus ancienne concernant une université de Hong Kong a conclu que « les joueurs d'échecs améliorent de 15% des scores aux tests de mathématiques et de sciences ». La liste est encore longue !

Alors n’hésite pas à venir montrer ton soutien à Chess LLN. Tu ferais de chouettes rencontres tout en prenant soin de ton cher et tendre cerveau. Que demander de plus ?  

Commentaires

C'est mieux directement sur l'application ! Essaie-la !